Deviens bénévole muzak

Si t’es bénévole, déjà t’es pas un chlopet, tu fréquentes des gens formidables en leur tamponnant les poignets, le front ou les cuisses avec des insultes en québécois. Tu sers pour l’amour du risque les meilleures bières artisanales jurassiennes. Tu peux aider au montage et au démontage de notre belle sono.

Lorsque tu bosses,

  • Tu rentres gratos le soir même,
  • Tu peux étancher ta soif à l’oeil avec les bières indus et les boissons minérales si malheureusement tu as ton cours d’aquagym prénatale le lendemain.
  • Tu payes moitié prix les bières artisanales
  • Tu reçois une entrée gratuite pour une future Sauvagerie.
  • En plus de tout ça, la République et Canton du Jura, l’Office de la Culture et la ville de Porrentruy te remercient de ton investissement personnel en t’élevant droit au titre de membre officiel muzak et ce, sans même payer les cotisations.

Alors ne fait pas l’roquet et inscris-toi

  • Avant d'être bénévole Muzak, ma vie était chaotique.

    Avant de pratiquer le bénévolat dans l’association Muzak, ma vie était chaotique, envahie de stress et de symptômes d’anxiété.

    Cela fait 3 ans que je suis inscrite comme bénévole Muzak et depuis je me sens beaucoup plus calme et apaisée. De plus, grâce aux concerts incroyables proposés par Muzak, mon corps est devenu beaucoup plus souple à force de danser lors des Sauvageries. Les Vendredis Sauvages peuvent aussi débloquer les tensions nerveuses que je peux éprouver toute la semaine au boulot. Muzak m’apporte énormément dans ma vie quotidienne et je ne me vois pas m’arrêter d’être bénévole pour eux.

    Merci à Muzak pour tout ce que vous faites.

    Carole 27 ans, pépiniériste à Pleujouse

  • C'est Muzak qui a sauvé sa vie

    Ceux qui ont côtoyé Félicie – oh oui – vous le diront: elle n’avait aucun problème psychique, elle était l’incarnation même de la joie de vivre. Petit à petit, elle a sombré dans la dépression. Elle qui ne fumait ni ne buvait s’est mise à consommer des substances illicites.

    Au début, j’ai mis son comportement étrange sur le compte de son non-engagement dans Muzak.

    En devenant bénévole, elle a contribué au succès des Vendredis Sauvages en servant bières artisanales et repas délicieux aux soiffards s’agglutinant en masse à la Galerie du Sauvage.

    Bernard 38 ans, équarisseur de discothèque